kayena

Présentation de la loi de finances 2010 : PDF Imprimer Envoyer
Actualités - Nouvelles
Écrit par Houria Akram - KAYENA   
Dimanche, 13 Décembre 2009 23:06
AddThis Social Bookmark Button

Deux priorités, l’investissement et la lutte contre le chômage

Présentation de la loi de finances 2010 : Deux priorités, l’investissement et la lutte contre le chômageLe Conseil de la nation a repris hier matin ses travaux lors d’une séance plénière présidée par Abdelkader Bensalah, président consacrée à la présentation au débat général de la loi de finances pour 2010, en présence du ministre des Finances, Karim Djoudi, et des membres du gouvernement.

Les grandes orientations, qui articulent le texte de loi approuvé à une large majorité au début du mois par les députés de la première chambre du parlement, confortent la poursuite de l’exécution du programme 2009 en cours ainsi que l’inscription d’un programme du nouveau quinquennat en termes d’investissements publics s’étalant sur la période 2010-2014 et de la poursuite du développement infrastructurel du pays. Ces conditions qui doivent améliorer l’environnement pour la relance de l’économie nationale dans ses différents segments sollicitent fortement le budget de l’Etat notamment au plan, considérant les mesures prises en matière de réduction de la pression fiscale, de bonification des taux d’intérêt, d’imposition et autres paquets sociaux en direction des emplois de jeunes, d’exonération d’intérêt à la création de richesses et de projets d’ANSEJ et de PME, citant les 200.000 PME et les 30.000 projets de jeunes en pilotage.  Cette volonté politique de réunion des infrastructures de base et de l’environnement économique et juridique  à même de porter les ressorts de l’économie de marché, s’exprime à travers les efforts de soutien à l’insertion au marché du travail, à la création de l’emploi pour les jeunes et l’engagement de l'investissement productif et créateur de plus value.  Le programme quinquennal 2010-2014, doté d’une enveloppe de 150 milliards de dollars et dont l’amorce sera donnée avec l’application de la loi de finances 2010, s’appuie sur les mêmes agrégats que ceux poursuivis lors des précédents exercices et ses éléments de cadrage reposent sur des résultats plus performants en terme de croissance du PIB, de rythme d’avancement des projets, d’engagement des investissements dans des objectifs priorisés et fortement sollicités, à l’instar des secteurs de l’agriculture pour réduire la facture des importations et améliorer les rendements de la production nationale, œuvrer parallèlement à la diversification des ressources de finances dans d’autres créneaux.

Pour preuve, les données avancées hier par le ministre des Finances en termes de dépenses, d’équipement, de fonctionnement et les paquets de mesures législatives et fiscales corroborent la stratégie de l’Etat qui sera mise en œuvre dans les prochains mois.

Pour rappel, les indicateurs du texte de loi s’établissent sur un budget de fonctionnement en hausse de  6,6%, situé à 2.838 milliards de dinars contre 2.593 milliards de dinars dans  la LFC 2009, des dépenses d’équipement et d’investissement, en hausse de 7%, totalisant 3.332 milliards de dinars d'autorisations de programme, avec des crédits de paiements d'un montant de 3.023 milliards de dinars.

Aux volets législatif et fiscal, le texte réduit la pression fiscale en introduisant des facilités en termes de paiement de l'impôt sur le revenu global (IRG) et l’application du nouveau système comptable financier, sans oublier les dispositions favorisant  la protection de l'environnement avec la création d'un fonds pour  les énergies renouvelables à hauteur de 0,5% de la fiscalité pétrolière, d’autres fonds de développement  de l'industrie cinématographique,  de bonification des taux d'intérêts pour l'acquisition ou la construction  de logements, ainsi qu’autres dispositions en direction des promoteurs immobiliers, œuvrant dans le cadre de programmes  soutenus par l'Etat.
Les travaux de débat général qui se sont poursuivis hier juste après la présentation du texte, ont permis aux membres du gouvernement de  mesurer l’importance attendue de la mise en œuvre du programme du Président de la République et de pouvoir comparer les indicateurs financiers contenus dans la loi de finances et les actions engageant les membres de l’exécutif sur le terrain.
Une trentaine de sénateurs se sont inscrits dans l’examen et l’enrichissement du texte de loi des finances 2010.

La sénatrice, Zahia Benarous, qui  a ouvert le débat, le sénateur, Mohamed Madani Hout et tous les autres intervenants, à l’instar de leurs pairs la semaine passée au niveau de l’APN, n’ont rien raté des événements du match de football de qualification des Verts. Sur les 7 minutes de temps imparti, ils n’ont pas manqué de revenir sur la saga de la victoire des « guerriers du désert » sur les « pharaons » en soulevant  l’enthousiasme merveilleux et entraînant crée à l’occasion. Ce contexte de nationalisme et d’énergie interactive doivent, soutiennent-ils, nous permettre d’amorcer une nouvelle ère pour hâter la stratégie de mise en application du programme national, dans ses volets économiques avec la réalisation des 200.000 PME, l’aboutissement des 30.000 projets de jeunes ou d’autres chantiers à ouvrir dans l’agriculture, le tourisme, l’industrie, les services des nouvelles technologies, les énergies renouvelables.
Les travaux d’examen et d’enrichissement de la loi de finances se poursuivront ce matin.

EL MOUDJAHID
 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Septembre 2019 > »
D L M M J V S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 1 2 3 4 5

Images Aléatoires

tamanrasset-2010-318.jpg

PROVERBE DU JOUR

Ne dis pas tes peines à autrui; l'épervier et le vautour s'abattent sur le blessé qui gémit. [PROVERBE ARABE]