kayena

LISTE NOIRE DES PAYS À HAUT RISQUE SÉCURITAIRE PDF Imprimer Envoyer
Actualités - Nouvelles
Écrit par Nadia BENAKLI - KAYENA   
Jeudi, 21 Janvier 2010 02:43
AddThis Social Bookmark Button

Ce que Paris et Washington reprochent à Alger

Ce que Paris et Washington reprochent à AlgerLes Français et les Américains se sont basés sur des données communes pour établir leur liste.

L’Algérie est-elle l’Afghanistan ou le Yémen? Sa situation sécuritaire est-elle alarmante au point de lui valoir une place parmi les pays à haut risque sécuritaire? Cette décision, tombée comme une sentence lourde, suscite la curiosité des citoyens qui, pourtant, retrouvent le goût de vivre loin des images horribles de sang et des bombes. Pourquoi ce classement et maintenant? Les raisons sont multiples. Selon une source diplomatique étrangère, ce classement a été établi sur la base de plusieurs éléments recueillis sur terrain. Il s’agit d’abord, du renforcement des mesures sécuritaires à travers le pays, en particulier, au niveau de la capitale. «La situation est calme à Alger preuve, il n’y a pas d’attentat, mais le nombre des barrages de sécurité implantés est synonyme de menace terroriste», analyse notre interlocuteur. Deuxième élément, ensuite, il s’agit du dispositif sécuritaire imposé aux chancelleries étrangères. Le personnel diplomatique est soumis à un contrôle sécuritaire très strict. Tout déplacement en dehors d’Alger, soit au-delà de 50 kilomètres, est conditionné par une escorte des éléments de la Gendarmerie nationale. Alors que le gouvernement vise, à travers cette mesure à garantir la sécurité des ressortissants étrangers, notamment le corps accrédité, cela se retourne malheureusement contre lui. Ces mesures sont mal perçues par les représentants diplomatiques. Ces derniers éprouvent beaucoup de difficultés à se déplacer à l’intérieur du pays.
«Pour aller à Tipaza ou dans une autre wilaya limitrophe, il faut introduire une demande auprès du ministère des Affaires étrangères», confie notre source. Ces procédures qui prennent du temps compliquent la tâche des chancelleries étrangères. Devant ce dispositif sécuritaire, le personnel diplomatique se retrouve coincé. «Au Maroc on peut circuler librement sans être aperçus», cite notre source en rappelant toutefois que le Maroc n’est pas non plus épargné par la menace terroriste. Autre élément à l’origine de ce classement, le manque d’informations fournies par les autorités algériennes sur la situation sécuritaire.

Selon la même source, l’Algérie ne répond pas aux questionnaires des pays étrangers concernant la lutte antiterroriste. Pour eux, l’Algérie est leader en matière de lutte contre le terrorisme, mais sa méthode et ses résultats ne sont pas bien communiqués. Ce sont là les facteurs communs sur lesquels se sont basés français et Américains dans leur dernier classement. D’autres raisons particulières propres à chaque pays ont nourri cette thèse. Pour Washington, le projet Africom est censé être l’une des principales raisons. La Maison-Blanche n’a pas encore avalé la pilule du refus d’Alger d’accueillir les bases militaires pour l’Africom. Un point noir qui grippe les rapports entre les deux pays malgré le renforcement du partenariat. Du côté de la France, les dossiers qui fâchent sont nombreux. L’affaire des moines de Tibhirine n’est pas écartée. La France et les Etats-Unis sont allés sur un terrain très sensible. Ainsi, l’Algérie - les 35 millions d’Algériens - se voit renvoyée à la tragédie nationale et, ô paradoxe! après avoir été une référence en matière de lutte antiterroriste pour des grandes puissances, en particulier, les Etats-Unis et la France.

Le gouvernement algérien a vivement dénoncé la décision portant sur le classement de l’Algérie dans la liste noire des pays à risque, les fouilles corporelles indignes ciblant les Algériens au niveau des aéroports. Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a interpellé les représentants des deux pays à Alger. De plus, il a même fait part de son mécontentement au plus niveau. M.Medelci s’est entretenu, mardi dernier, avec la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Rodham Clinton à propos de cette dernière mesure navrante envers les Algériens.

Le ministre a même adressé une lettre à son homologue français, Bernard Kouchner. «J’ai clairement souligné que ce dispositif constitue une atteinte à la dignité du citoyen algérien», a précisé le ministre, lors de son passage mercredi dernier sur les ondes de la Radio nationale.
Interpellés par Alger, Paris et Washington ont tenté d’édulcorer leur version en disant que l’Algérie n’est pas visée. Un argument qui ne tient pas du tout la route. Pour les Algériens, le gouvernement doit passer au principe de la réciprocité en soumettant les ressortissants français et américains à une fouille très rigide au niveau de l’aéroport.

L'Expression

 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Décembre 2019 > »
D L M M J V S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

Images Aléatoires

casbah-col_2380363.jpg

PROVERBE DU JOUR

N'insultez pas le crocodile lorsque vos pieds sont encore dans l'eau. [PROVERBE AFRICAIN]