kayena

Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme l’a annoncé : PDF Imprimer Envoyer
Actualités - Nouvelles
Écrit par A. Fadila - KAYENA   
Vendredi, 22 Janvier 2010 00:00
AddThis Social Bookmark Button

Le logement plus accessible

Le logement plus accessible10% de ce programme est localisé à Alger.
Livraison de 265.732 logements en 2010.
Lancement de 169.000 logement sur 2010.

Nouredine Moussa réunit  les DLEP et les DG des OPGI : 1.045.000 logements réalisés à fin décembre 2009

Le 1 million de logements n’est plus une chimère. Les statistiques sont là pour le confirmer ! Le département de Noureddine Moussa vient de boucler l’année 2009 avec la réalisation de pas moins de 1.045.000 unités. Le premier programme quinquennal 2005-2009 a donc atteint ses objectifs cédant place à un autre programme (2010-2014) qui comporte un nombre non moins considérable de réalisations (plus de un million de logements). Avec près de 1,1 million de logements réalisés, au 31 décembre 2009, dont 10% localisés à Alger, le département de Noureddine Moussa a gagné une première « bataille » qui certes n’a pas été sans difficultés. Manque d’un outil de réalisation performant, absence d’une expérience dans le domaine de la construction et de l’urbanisme, non disponibilité de main-d’œuvre et fluctuations du marché des matériaux de construction ont fait l’essentiel des entraves ayant émaillé ce plan. Tant bien que mal, ce premier million est bel et bien réalisé : « Nous avons atteint avec beaucoup de satisfaction les objectifs tracés dans le cadre du programme quinquennal 2005-2009 et nous sommes déterminés à faire mieux dans le prochain quinquennat », dira M. Moussa.

Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, qui présidait jeudi au siège de son département une rencontre bilan ayant regroupé les directeurs de l’habitat DLEP et les DG des OPGI, a mis l’accent sur la nécessité de maintenir cette dynamique et de poursuivre le processus engagé par les pouvoirs publics afin de résorber la crise du logement. « Les acquis du premier programme doivent normalement vous faciliter la tâche », dira-t-il à l’adresse des cadres de son ministère. Accorder toute la priorité à la qualité des études et ce, en application du décret exécutif 09/148 du 2 mai 2009.
« Ce texte stipule clairement que tout projet de réalisation ne doit être inscrit avant achèvement total des études ». Les directeurs d’urbanisme ont, pour leur part, été conviés, lors d’une récente rencontre avec le ministre, à accélérer la révision des outils d’urbanisme et d’occupation du sol pour ne pas freiner le rythme des projets futurs.

Relever le défi de la qualité

Tout est donc fin prêt pour le lancement du deuxième programme qui représente un défi de tout autre dimension. « Cette fois, nous nous engageons dans la bataille de la qualité », explique-t-il en soulignant à ce propos que la cadence de réalisation est désormais maîtrisable. « Nous avons enregistré une hausse régulière et progressive de la cadence des livraisons depuis 1999. Nous nous attellerons désormais à améliorer la qualité du logement. » En effet, la moyenne annuelle de livraisons frôle les 220.000 logements.
En 2009, 217.000 unités ont été réalisé contre 120.000 en 2004, « en comparant le bilan de ce quinquennat avec celui de 1999-2003 où on a réalisé 670.000 logements, il est clair que nous avons accompli un saut qualitatif en matière de maîtrise des délais et de la qualité », dira le ministre. Lors d’un point de presse, M. Moussa s’est dit optimiste quant à l’avenir du bâtiment en Algérie : « L’évolution quantitative et qualitative du parc ne touche pas seulement les grandes villes, nous l’avons constatée dans toutes les wilayas du territoire national. » Les choses devrait s’améliorer avec l’introduction de nouvelles formules d’aides à l’accès à la propriété (logement, foncier).

 

Plus de logements AADL et LSP, place au LPA

Beaucoup de bruit a circulé ces derniers temps sur la formule AADL qui, faut-il le rappeler, a été sollicitée par plus de 183.000 demandeurs et ce, seulement au niveau de la wilaya d’Alger. Les dernières « rumeurs » parlaient de la relance de cette formule dans les mois à venir. A ce propos, M. Moussa est plus que catégorique : « Il n’y aura plus de logements AADL et LSP. Ces deux formules ont été remplacées par le Logement Promotionnel Aidé par l’Etat », annonce le ministre. Le LPA a été évoqué pour la première fois dans la loi de finances 2010. Il concerne les ménages qui reçoivent entre 1 à 12 fois le SNMG. Ainsi, les ménages qui touchent un salaire mensuel entre 1 à 4 fois le SNMG bénéficient d’une aide de 700.000 DA avec une réduction à 1% du taux d’intérêt du crédit immobilier. Ceux qui perçoivent plus de 4 fois le SNMG bénéficieront d’une aide de 400.000 DA avec un taux d’intérêt fixé à 1% pour le remboursement du crédit. La troisième frange des ménages qui peuvent postuler pour le LPA concerne les couples qui touchent 6 à 12 fois le SNMG.
Avec un taux d’intérêt de 3% du crédit, ces familles ne bénéficieront pas d’une aide financière, « Nous avons introduit cette formule pour faire profiter le plus grand nombre de postulants du droit à l’accès au logement », dira M. Moussa.

Habitat précaire : les opérations de recensement sont bouclées

Interrogé sur le dossier de l’habitat précaire, le ministre a annoncé que l’Etat est « déterminé » à éradiquer ce type de constructions qui altèrent au paysage de nos villes. La prise en charge de ce dossier s’est traduite, dira-t-il, par l’engagement d’une vaste opération de recensement qui a dévoilé ses premiers résultats. En effet, la majeure partie des constructions illicites est fabriquée en parpaings et briques, soit un total de 280.000 constructions contre 92.000 en zinc et 182.000 en toub (essentiellement dans le Sud).  Les occupants des deux premiers types de constructions vont être relogés : « Nous avons lancé 270.000 logements et un autre programme sera engagé incessamment », dira-t-il. Pour les 182.000 unités recensées dans la région sud, le ministère préconise des aides à la construction : « Nous allons proposer aux familles dans le Sud de construire elles-mêmes leurs logements », explique M. Moussa.  Alger détient le triste record des constructions illicites. Cinq grands sites ont été recensés notamment à Baraki, Gué de Constantine, Aïn Naadja, et Hamiz. « Nous y avons créé des structures de proximité pour maîtriser leur évolution et éviter que des indus occupants s’y introduisent », explique le ministre qui, prenant un air on ne peut plus déterminé, annonce que tout occupant non recensé n’aura pas droit à un logement.
« Les opérations de recensement sont bouclées depuis longtemps », conclura-t-il.

EL MOUDJAHID

 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Septembre 2019 > »
D L M M J V S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 1 2 3 4 5

Images Aléatoires

allies-et-amis.jpg

PROVERBE DU JOUR

Qui couche avec des chiens se lève avec des puces. [PROVERBE FRANÇAIS]