kayena

FESTIVAL DE LA CHANSON ORANAISE PDF Imprimer Envoyer
Rubrique - Culture
Écrit par Wahib AïT OUAKLI   
Mardi, 26 Juin 2012 01:10
AddThis Social Bookmark Button


Les écoles de Blaoui, Wahby et Fethi revisitées
 
FESTIVAL DE LA CHANSON ORANAISE
    Les écoles de Blaoui, Wahby et Fethi revisitéesLe chanteur a entonné une chanson foudroyante dénonçant les infidélités de tout genre.

Les écoles des défunts Saïm El Hadj, Ahmed Wahby et Cheikh Fethi ont été revisitées tandis que leurs oeuvres ont, encore une fois, été immortalisées à l'occasion de la 4e soirée de la 5e édition du Festival local de la chanson et de la musique oranaises.

L'initiative est venue sans avertir par le biais des chanteurs qui se sont succédé sur le podium du Théâtre de verdure Chekroun Hasni. Ouvrant le bal, le jeune artiste, Keskas El Houari, est allé puiser son verbe dans l'héritage du défunt Cheikh Fethi.

Le chanteur a entonné une chanson foudroyante puisqu'elle dénonce les infidélités de tout genre.
La chanson est intitulée Hassabha tebghini, (je croyais qu'elle m'aimait. Plus de six ans après le décès de son auteur, la chanson demeure toujours d'actualité, tandis que son verbe est perpétué un peu partout dans la vie des couples qui subissent les affres des infidélités. Lui emboîtant le pas, la jeune artiste, Aya Beghdad n'ira pas loin en se mettant sur scène pour se référer au défunt Ahmed Wahby et lui reprendre l'immortelle chanson intitulée Wahrane, Wahrane.

La chanson, quoique mélancolique, résume en quelques vers, l'état des lieux auquel est voué la ville des deux Lions après que ses enfants aient renoncé à leur terre natale pour vivre sous d'autres cieux.
La jeune Aya a su et a pu accrocher les membres du comité de jury et les spectateurs en les invitant à méditer tout en les incitant à immortaliser une chanson qui continue à constituer un sujet de débats chez les Oranais. «Lah irhmah, il avait tout prédit des années avant sa mort!» s'exclament, tout en le déplorant encore, plusieurs habitants de la deuxième ville, sidérés par le sort actuel de leur cité.
La soirée avançait à un rythme régulier dans un climat convivial, étant donné que les présents sont des fans du chant au verbe pudique et au son mesuré.

La quatrième soirée a été une totale réussite, puisque le show donné par Negadi Kouider n'a pas laissé les présents sur leur soif en leur proposant une chanson qui continue à faire leur bonheur: Chahlate Layoune du défunt Ahmed Wahby. Auparavant, ce fut le revenant Benaïssa qui a immortalisé le célèbre hymne dédié aux jeunes traditionnels, Shab el baroud.

L'EXPRESSION  

 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Août 2019 > »
D L M M J V S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Images Aléatoires

boeing787.jpg

PROVERBE DU JOUR

Ne dis pas tes peines à autrui; l'épervier et le vautour s'abattent sur le blessé qui gémit. [PROVERBE ARABE]