kayena

...Ali Amran met le feu au mont enneigé PDF Imprimer Envoyer
Rubrique - Culture
Écrit par S. H. - KAYENA   
Samedi, 03 Avril 2010 00:00
AddThis Social Bookmark Button

Après une inauguration dédiée à la musique traditionnelle, le festival de Tikjda consacre sa deuxième journée, ce jeudi 1er avril, aux jeunes voix de la musique algérienne. Ait Hamid, Oujrih, Zayen, Radia Adda et, en tête d’affiche, l’incroyable Ali Amran ont donc animé le deuxième après-midi.

En dépit du froid et d’un ciel nuageux, plus de trois mille personnes se sont déplacées à Tikjda dont la plupart sont des inconditionnels de la star kabyle Ali Amran. Outre les places assises au nombre de deux mille, les jeunes fans se sont tant bien que mal débrouillés pour profiter du spectacle. Assis derrière le grillage séparant la scène de l’extérieur, agglutinés aux barrières de police ou, pour les plus téméraires, perchés sur les poteaux d’électricité ou sur les arbres, ils ont tous tenu à assister au gala de leur chanteur préféré.

Oujrih, chanteur de variétés kabyles, a choisi de jouer la carte danse en interprétant des titres festifs de son répertoire. Quant à Radia Adda, peu connue dans cette région, elle a réussi à s’attirer la sympathie du public en recourant au répertoire traditionnel algérois, dont l’incroyablement célèbre Chahlet laayani ou encore Djat chta ou djat laryah. Mais l’impatience a été à son comble quand le chanteur Zayen a entonné ses premières chansons. Et pour cause, Ali Amran venait de faire son entrée sur le terrain. Pour regagner son public, Zayen a aussitôt fait recours à son tube Baden-Baden avec une petite touche personnelle : il a invité quatre personnes de l’auditoire à venir chanter avec lui sur scène. Chanson d’amour avec des teintes de critique sociale, Baden-Baden a enflammé un public assoiffé de rythme et a ainsi clôturé le passage de Zayen en beauté. Place ensuite au très attendu pop-rocker kabyle Ali Amran. Longuement applaudi, l’artiste, cheveux au vent, se taille d’abord une petite «discute» avec son public, essentiellement pour l’exhorter à demeurer dans les limites du civisme afin de passer une «belle soirée tranquille». La chanson Houria ouvre le bal. Suivent quelques titres de ses deux derniers albums Khali Slimane et Aki d-amur. Accompagné à la guitare électrique par le jeune virtuose Youva Sid, membre du groupe Abranis, Ali Amran a admirablement mis le feu à Tikjda.

Artiste accompli qui sait à la fois faire plaisir à son public et rester fidèle à ses choix musicaux et poétiques, Amran n’a pas signé là un gala de tout repos. L’ivresse de la musique alliée à celle d’assister enfin au concert d’une star tant attendue dans cette région, a failli virer à l’émeute. Il faut dire, à ce propos, que les organisateurs, manquant certainement d’expérience, ne lésinaient pas sur le côté «disciplinaire» de l’événement. Les jeunes se déchaînant dans la danse ont été moult fois rappelés à l’ordre de manière parfois agressive. L’artiste, se trouvant dans l’obligation de calmer les esprits afin de finir son spectacle en beauté, s’est improvisé négociateur et a enfin réussi à remettre les choses en ordre. Toujours à l’écoute des désirs de son public, il lui a offert toutes les chansons qu’il a longtemps réclamées, notamment Tavalizt et Tazla b-ussan, deux chansons purement rock qui ont transformé le terrain combiné de Tikjda en une immense piste de danse en dépit des restrictions rigides de l’organisation. Le bilan de ce spectacle mémorable est relativement satisfaisant si l’on ferme les yeux sur les deux jeunes garçons tabassés par des éléments de la gendarmerie. Ali Amran a dit en privé : «Mes chansons donnent systématiquement envie de danser et les organisateurs le savent très bien. Je ne vois aucune raison pour empêcher un jeune chômeur de 20 ans, longtemps sevré de tels divertissements, de se défouler dans la danse.»

Espérons que la prochaine édition sera beaucoup plus tolérante à l’égard de ces jeunes qui représentent, tout de même, 80 % du public attendu à de pareils événements.

Le Jeune Indépendant
 

Vous devez être inscrit pour poster des commentaires sur ce site.

Évènements

« < Septembre 2019 > »
D L M M J V S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 1 2 3 4 5

Images Aléatoires

medecins-200.jpg

PROVERBE DU JOUR

Celui qui me flatte est mon ennemi, celui qui me réprouve m'enseigne. [PROVERBE CHINOIS]